« Notre avenir se joue dans nos assiettes »

Tel est le thème de l’édition 2017 du Festival Alimenterre auquel toutes les classes de notre établissement ont participé le lundi 13 novembre 2017 après-midi.

En effet, chaque année, nous sensibilisons les jeunes par le biais de films documentaires projetés, d’interventions de personnes engagées dans la filière alimentaire que ce soit pour défendre la cause animale, dans des AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne), des représentants du CCFD (Comité catholique contre la faim et pour le développement), et également en leur proposant des jeux en lien avec les thématiques développées.

Les films retenus pour les projections aux différentes classes sont :

  • « Bientôt dans nos assiettes » : Enquête de Paul Moreira sur la face cachée de l’industrie agrochimique et sur son combat pour imposer les OGM. Il y a quinze ans, des firmes agrochimiques comme le groupe américain Monsanto promettaient une révolution agricole high-tech grâce aux organismes
  • génétiquement modifiés. Les rendements des récoltes ont augmenté, mais les effets à court, moyen et long terme de ces OGM n’ont toujours pas été correctement évalués (comme l’exposition aux agro toxiques comme le glyphosate).
    Face à cette situation, la résistance s’organise : ainsi en Argentine les riverains des champs OGM dénoncent une pollution et une augmentation des maladies touchant les enfants. En France, les pro et anti OGM s’affrontent. Mais un événement pourrait bouleverser la situation : les négociations du traité transatlantique entre l’Europe et les Etats-Unis. Sa signature laisserait la voie libre aux OGM.
  • « Lang grabbing » de Kurt Langbein Impact de divers projets d’agrobusiness qui accaparent les terres nourricières des populations locales, en Afrique, en Asie et en Europe aussi comme en Roumanie ! Le colonialisme du 21ème siècle…

 

  • « Nourrir une métropole » de Wilfried Duval. En Île-de-France, à peine 10% des fruits et légumes consommés proviennent du territoire francilien. Ce chiffre descend à moins de 1,5 % en ce qui concerne la viande et le lait. Comment agir au niveau local pour nourrir une population de 7 millions.
  • A la fin de la projection, il est proposé un échange autour des problématiques soulevées dans le film puis des jeux en lien avec le thème sont mis en place : le jeu de la baguette qui concerne la répartition des richesses dans le monde, le jeu de l’énergie qui conduit à une réflexion sur l’équilibre de notre alimentation (poids calorique d’un menu) et sur l’impact écologique de notre assiette.

Une œuvre collective de type tapis patchwork mural, a été réalisée avec le concours de l’enseignante d’arts plastiques : en effet, chaque groupe a du résumer en un mot la discussion entamée autour du film projeté ou du témoignage reçu.

 

A la fin de l’après-midi, un goûter équitable a été servi au self offrant à la dégustation des produits issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitable.

 

Vous aimerez aussi...